Vous êtes ici : Accueil Accueil Connaissance de la clientèle Connaître les habitudes alimentaires de vos hôtes

Connaître les habitudes alimentaires de vos hôtes

Actions sur le document
Vers un accueil adapté

Vous avez une chambre d’hôtes et préparez le petit déjeuner. Certains d’entre vous ont également fait le choix de proposer la table d’hôtes, ce qui constitue un « plus » à votre projet. Cela vous oblige à être attentif aux régimes et besoins alimentaires spécifiques de vos hôtes…toujours dans un soucis de qualité et de bien-être!

 

Concrètement

 

Quelle est la pertinence de connaître les habitudes alimentaires ?

 

Etre attentif aux régimes, interdits et besoins alimentaires spécifiques est pertinent pour plusieurs raisons :

  • C’est un gage de qualité et synonyme d’un accueil réussi.
  • Cette attention signifie que vous vous préoccupez de vos hôtes, de leurs besoins et attentes et constitue un « plus » en terme de fidélisation. Ils vous en seront reconnaissants et reviendront plus facilement passer un séjour dans votre chambre d’hôtes.
  • Selon la réglementation (RE 852/2004), en préparant des repas, vous engagez votre responsabilité surtout en cas de problème (intoxication, allergies, etc.). Il est donc primordial de vous renseigner sur les interdits de vos hôtes qui pourraient leur causer des soucis de santé.
  • C’est la preuve de votre capacité d’adaptation à accommoder vos repas en fonction des besoins spécifiques.



Quels sont ces régimes, interdits et besoins alimentaires spécifiques ?

 

Les allergies et les régimes spéciaux


Certains de vos hôtes sont peut-être atteints de maladies, ne tolèrent pas certains composants alimentaires, ou suivent un régime spécifique…vous ne pouvez pas l’ignorer et leur servir vos recettes et denrées habituelles.

A titre d’exemples, citons les personnes :

  • suivant un régime sans sel ;
  • intolérantes au gluten ;
  • intolérantes aux fruits secs, aux fruits de mer ;
  • présentant une surcharge pondérale ;
  • atteintes d’un cancer tel que celui de la bouche ;
  • etc.

 

Garder du plaisir à préparer une cuisine non-salée, sans gluten, adaptée aux éventuelles allergies ou maladies est tout à fait possible donc ne soyez pas craintifs à l’idée de devoir adapter vos recettes et aliments.


Il est vrai que cela perturbe et fait peur de devoir changer les habitudes… Sachez que vous pouvez adapter vos préparations sans diminuer la qualité, sans arrêter de travailler les produits locaux… il suffit d’apprendre à jouer avec les papilles gustatives différemment tout simplement. Adaptez donc vos petits déjeuner et menus du soir et n’hésitez pas à vous renseigner auprès de spécialistes !



Les interdits liés aux pratiques religieuses


On trouve des interdits alimentaires partout dans le monde liés aux croyances religieuses et basés sur les textes sacrés. Ces interdits sont en effet différents chez les juifs que chez les musulmans ou les chrétiens…sans parler des spécificités propres à certains groupes ethniques ou nationaux.

A titre d’exemples, citons quelques interdits:

  • chez les juifs: pas de lapins (animal considéré comme impur car ce n’est pas un ruminant et il n’a pas de sabots fourchus), pas de crustacés, de fruits de mer (animaux sans nageoires et sans écailles), pas de lait d’ânesse (car animal impur), pas de plats mélangeant la viande et ses dérivés avec du lait et ses dérivés comme le fromage et le beurre (en raison du verset « Tu ne feras pas cuire un chevreau dans le lait de sa mère »), etc.
  • chez les musulmans : pas de porc, pas d’anguilles (car de nature venimeuse), pas de vins, etc.
  • chez les chrétiens : il n’y a pas vraiment d’interdits liés à un aliment en tant que tel mais plutôt liés à une abstinence : on ne mange pas de viande le vendredi, ni pendant le carême.



Les interdits alimentaires liés aux convictions

Pour des raisons personnelles, écologiques, voir militantes, certaines personnes deviennent végétariennes ou végétaliennes, et s’interdisent la consommation de certains aliments.  

A titre d’exemples, citons quelques interdits:

  • les végétariens : pas de viande;
  • les végétaliens : pas de viande, pas de poissons, pas d’œufs, pas de produits laitiers).

 

Tous deux excluent les produits nécessitant la mort d'un animal. Le végétarisme et le végétalisme sont des nouveaux modes de vie en plein développement qui touchent des personnes de tout âge et de tout milieu social… il est donc probable que vous accueilliez un jour ces personnes convaincues.



Les besoins des sportifs


Le corps d’un sportif a des besoins particuliers dont fait partie l’alimentation qui doit être équilibrée et variée afin de fournir suffisamment d’énergie pour la pratique du sport et d’éviter d’éventuelles carences ou autres soucis.

A titre d’exemples, citons quelques exemples d’aliments:
Pour répondre aux besoins en glucides, en protéines, en matières grasses, certains aliments sont à privilégier : les céréales, les pâtes alimentaires, semoule, pains, les pommes de terre, les fruits,…


Les enfants

Bien qu’il faille ouvrir l’esprit des enfants aux découvertes gustatives diversifiées et les encourager à manger de manière équilibrée, en pratique, ce n’est pas toujours chose aisée.  Entre les caprices, les habitudes, les attirances vers les « crasses » et les appétits de moineaux, vous devez trouver le compromis qui séduira le plus les enfants qui séjournent chez vous!  Il faut donc leur proposer un repas équilibré (viande/poisson, féculent, légumes).


A titre d’exemples, citons quelques idées:
Soyez créatif dans la manière de présenter les aliments et les plats : mettez-les en scène. Choisissez les menus en fonction des principales préférences gustatives des enfants.

  • Au petit déjeuner : proposez des gâteaux sucrés, des pâtes à tartiner, des crêpes, des œufs à la coque avec de petits soldats, …
  • A la table d’hôtes : prévoyez un plat « enfant » moins copieux et adapté aux habitudes de l’enfant tout en ajoutant de nouvelles saveurs.
  • N’hésitez pas à faire participer l’enfant à la préparation du repas du soir ou du petit déjeuner… mettre la main à la pâte peut s’avérer gratifiant pour l’enfant et  peut l’encourager à goûter plus facilement de nouveaux plats.


Vous pouvez tout à fait participer à l’apprentissage du goût, au respect de la nourriture, à la découverte de nouvelles saveurs des enfants qui séjournent chez vous…. un peu de créativité et d’originalité suffisent.  


Les touristes étrangers


L’alimentation est au cœur du phénomène touristique, elle constitue une voie d’accès intéressante à la culture et l’histoire du pays mais entraîne pour le touriste étranger des changements à ses propres habitudes. En effet, il arrive avec son modèle alimentaire, ses habitudes, ses aversions et une volonté de découvrir le terroir local et ses richesses gastronomiques.
Il est donc intéressant de connaître leurs habitudes afin de mieux les accueillir et de mieux les guider.

A titre d’exemples:

  • Les allemands : ils ont une sensibilité écologique développée et apprécient les produits biologiques et naturels. Ils préfèrent une viande plus cuite, il ne doit plus y avoir de sang visible.
  • Les espagnols : ils aiment les plats à base de poissons, de fruits de mer mais également les pâtisseries.
  • Les polonais : ils préfèrent le pain complet ou de seigle. Ils apprécient les légumes en grande quantité et… la petite tasse de thé ! Evitez de sortir l’expression « être saoul comme un Polonais », cette blague est vexante pour eux !



Le principal conseil à épingler est qu’il est impératif que vous vous renseigniez lors des premiers contacts sur les origines, besoins, restrictions et régimes de vos hôtes. Cela vous évitera d’être pris au dépourvu et de faire mauvaise impression à cause d’une méconnaissance.


 

Sources, références



  • "Désirs et pratiques alimentaires des visiteurs étrangers en France", 2ème édition, juin 2004, http://www.pro-evasion-aisne.com/var/picardie/storage/original/application/0f3899717380b3284618788f20454b42.pdf
  • "Les interdits alimentaires chez les juifs, les chrétiens et les musulmans" - http://www.cie.ugent.be/aldeeb2.htm

 

 

 

 

 

"Les informations diffusées sur ce site sont données à titre purement indicatif et leurs exactitudes doivent impérativement être vérifiées par celui qui a l'intention d'en faire un usage quelconque. La Fédération des Gîtes de Wallonie décline toute responsabilité (contractuelle ou aquilienne) en cas de dommage subi par un utilisateur suite à la diffusion d’informations malencontreusement erronées, même résultant d’une faute lourde".